Circumpolaire

Une actu décalée de la Suède

D’humeur virevoltante…

| 0 Commentaires

Phébus, reviens !

Pas une minute de soleil jusqu’à présent en ce mois de décembre 2020. Si la météo locale a enregistré ce phénomène de non ensoleillement pour ses statistiques, nous l’avons, nous, constaté de visu. Déjà qu’il ne fait jour que quelques heures à Stockholm à cette époque, l’absence de Phébus n’a fait que rajouter à l’ambiance morose marquée par une progression particulièrement sensible de la Covid19 et de ses conséquences sur le mal-vivre ressenti. Mais, mais… le 19 décembre, l’astre a de nouveau luit quelques heures. Ouf ! À deux jours du solstice d’hiver, il était temps !

Sur le front de la Covid, non seulement ça ne s’arrange pas, ça aurait même plutôt tendance à empirer. Au point que le roi, Carl XVI Gustav himself, dans un discours préenregistré à la nation destiné traditionnellement à être diffusé à la veille de Noël, s’est laissé aller à la confidence en reconnaissant que la gestion de la pandémie de son pays était un échec ! Venant de sa part, alors que constitutionnellement il n’a pas à s’exprimer politiquement, c’est une petite bombe !

Comme répondant à ce signal, le Premier ministre, Stefan Löfven, a annoncé un train de mesures plus contraignantes pour tenter d’enrayer la poussée dramatique de la seconde vague de la Covid19. Ainsi, après le 24 décembre, bars et restaurants ne pourront plus servir de boissons alcoolisées après 20  heures. Par surcroît, pas plus de 4 personnes par table dans les restaurants. Les lycéens ne reprendront les cours en présentiel qu’à partir du 24 janvier. Masques fortement recommandés dans les transports publics aux heures de pointe. Fermeture des piscines, des salles de sport, des musées après le 24 janvier. Un tour de vis en forme de reprise en main décisionnel souhaité par une grande partie de la population après une vacance sidérante.

On est en droit de se poser la question de savoir pourquoi le gouvernement a laissé pratiquement toute latitude à l’Agence publique de santé depuis le début de la pandémie en mars 2020 ? Pourquoi s’est-il littéralement « planqué » derrière des décisions d’« experts » qui, visiblement, étaient dépassés par les événements. Pour se dire que leur gestion inédite serait la bonne et montrer ainsi au monde le modèle à suivre ? L’entêtement avec lequel ils ont ignoré les mesures plus coercitives prises par leurs voisins nordiques (nettement moins touchés en termes de morts et de contaminés) relève d’une obstination et d’un orgueil quasi maladif !

Cette nouvelle stratégie ne changera sans doute pas de manière drastique le cours de l’Histoire de la Covid en Suède, mais, au moins, les politiques auront repris la main. Après nous avoir seriné que la Constitution ne permettait pas de restreindre la liberté de circulation et protégeait de la privation de liberté, les parlementaires vont finalement voter une loi temporaire qui leur permettra de la contourner. Pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ? La politique godillot a encore de beaux jours devant elle ?

Côté chiffres, ils sont implacables. Au 22 décembre, la Suède comptabilisait 8 167 morts et quelque 389 439 contaminés. Les commentaires sont superflus.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.